Les combinaisons au poker

Au poker, vous devez avoir la meilleure main pour gagner le pot à l’abattage, ou alors si tous vos adversaires couchent leurs cartes fermées.

A la fin du dernier tour de mises, les parieurs mettent sur le tapis leur main et montrent les combinaisons effectuées. Elles sont hiérarchisées selon un ordre très précis, présentées ici en ordre croissant.

La carte haute

Lorsqu’il n’y a aucune carte de même valeur dans votre main, c’est selon la carte haute (carte de la plus haute valeur) qui départage les concurrents. Quitte à jouer une carte haute, il vaut mieux avoir une figure dans le jeu. Rester sur la table avec une simple carte haute est hautement suicidaire.

La paire

Une main composée d’une paire est une main avec deux cartes de valeur identique (2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, V, D, R, As) et de trois cartes quelconques (même s’il y a cinq cartes au centre et deux cartes par joueur, une main de poker est toujours composée de cinq cartes).

Si au final, il y a plusieurs joueurs avec des paires, c’est la valeur des cartes qui détermine le vainqueur, voire la carte haute si les valeurs des paires sont identiques. S’il reste encore de nombreux joueurs au dernier tour, rester avec une paire est dangereux.

La double paire

Une main qui devient intéressante. Elle est composée de deux fois deux cartes de même valeur et d’une carte quelconque. Les deux paires ne doivent pas avoir la même valeur entre elles (sinon c’est le carré). Jouer avec une double paire est intéressant surtout si aucune n’est présente dans le pot commun c’est-à-dire si c’est grâce à vos cartes en main que vous composez les deux paires.

Le Brelan

Une main avec un brelan se compose de trois cartes de la même valeur et deux cartes distinctes.  Dans la même idée que la double paire, jouer avec un brelan est intéressant surtout si vous aviez une paire en main et que celle-ci est complétée en brelan avec une carte posée au centre. C’est assez rare mais vous pourrez être quasiment « invisible ».

La Quinte (suite)

C’est la plus petite forme de suite : cinq cartes de valeur consécutives mais pas de même couleur, les couleurs des cartes étant définies dans les règles du poker.

La suite est la plus petite combinaison avec une main pleine (cinq cartes sur cinq). Elles sont départagées selon la valeur de la plus haute carte terminant la suite en cas d’égalité de main, c’es-à-dire que 2 joueurs ont une suite.

Miser avec une quinte est plus facile si les cartes présentes sur le tapis sont déjà de couleur différente et assez espacées car la possibilité de couleur n’est pas possible et les joueurs vous verront « arriver » difficilement.

La Flush (couleur)

Il s’agit d’avoir 5 cartes de la même couleur, (il y a 4 couleurs x 13 cartes). Il arrive souvent que les joueurs « attendent » la couleur, c’est-à-dire qu’il leur manque une carte pour l’obtenir. Dans ce cas, il est important de calculer les outs pour savoir s’il est par exemple judicieux de suivre une relance.

Le Full

Le full est la combinaison du brelan et de la paire. En effet, un full c’est d’abord trois cartes de valeur identiques puis deux cartes de même valeur.

Jouer sur un full est opportun si le pot ne propose qu’une paire et une carte simple (c’est à dire que la première carte en main complète la paire en brelan et la seconde donne la paire) ou si un brelan est sur le tapis et que vous avez une paire haute (avec des figures) pour compléter et éviter un autre full plus fort.

Attention cependant dans ce dernier cas au carré évidemment !

Le Carré

Un carré, c’est quatre cartes de même valeur et une carte quelconque. Un carré est une combinaison excellente bien sûr, mais rarissime, d’où l’intérêt de l’optimiser un maximum.

Vous pouvez presque miser sans compter, mais attention à ne pas trop effrayer les adversaires pour pouvoir empocher un maximum de jetons.

La Quinte Flush

Sur le même principe que la quinte (cinq cartes dont les valeurs se suivent), la quinte flush ajoute une difficulté supplémentaire : les cartes doivent avoir la même couleur. Jouer une quinte flush est très sécurisant puisqu’il est impossible qu’un adversaire est mieux.

La Quinte Flush Royal

C’est la Mecque des joueurs de Poker. La main ultime. Il s’agit d’une Quinte Flush « à l’As », c’est-à-dire 10-V-D-R-As de la même couleur. Avoir une quinte flush royal en main propose une sécurité totale puisqu’il n’y a aucune main qui viendra faire mieux.

La tactique voudrait alors de jouer crescendo pour maximiser les gains et profiter pleinement de ce tirage exceptionnel.